Internet : le pollueur silencieux ( Partie I )

Temps de lecture : 6 min

Ce n’est plus un secret de polichinelle que internet fait partie intégrante de la vie de tous les jours. La plupart des tâches de l’homme du 21ème siècle sont basées sur cet outil oh combien utile. Mais  les impératifs liés à son utilisation, le transforment en une source de problèmes que ce soit sur le plan économique ou écologique. Cet article,  travail de longue haleine, nous brosse les fonds et tréfonds d’internet qui sans bruit pollue l’humanité.

+ C’est quoi internet ?

 

 

 

Internet est un réseau informatique mondial accessible au publique. Elle est constituée serveurs et des ordinateurs formant  des réseaux nationaux, régionaux et privé utilisant le même protocole de communication.

 

+ Comment se fait le transport de nos infos sur le net ?

 

 Internet est magique, on peut faire des appels vidéos avec quelqu’un qui est à l’autre bout du monde, au point où on a tendance à croire qu’internet fonctionne sans fils et sans limite. Mais non, il n’est pas si magique que ça. Internet ce n’est pas moins de 300 câbles et fibres optiques le plus souvent cachés dans des dédales d’égouts, les canalisations et des tubes transocéanique s’étendant sur un réseau de près de 1 million de kilomètre reliés à plus de 3200 Data center répartis dans 104 pays à travers le monde qui font transiter nos informations.

– Data center

 

 

Ce sont de gigantesques bases de données qui traitent, stockent ou réorientent nos messages, nos vidéos, etc. Les data centers, hypersensibles, aux allures d’immenses hangars fonctionnent vingt-quatre heures sur vingt- quatre. Ce fonctionnement continu nécessite un apport d’électricité conséquent. La concentration d’un tel nombre de machines provoque immanquablement de la chaleur. Et pour éviter la surchauffe, ces géantes machines doivent être refroidis en permanence. Cette climatisation indispensable, représente près de 40% de leur consommation en électricité. Un de ces climatiseurs suffirait à refroidir un hôtel de 50 chambres. Or il en a des dizaines dans un data center !  Ainsi on estime qu’un data center consomme autant d’électricité qu’une ville de 30000 habitants Cliquez pour tweeter

+ Les sources d’énergie de l’internet

Le fonctionnement  d’internet est  tributaire d’un apport conséquent d’énergie. L’énergie provient de plusieurs sources , mettons l’accent sur deux dont l’impact écologique est énorme.

 

–  L’énergie nucléaire

 

L’énergie nucléaire provient de la frictions de noyaux atomiques. La majorité des pays industrialisés chez qui on retrouve la plus grande utilisation d’internet préfère cette source d’énergie. Le nucléaire est l’une des sources d’énergies les plus risqués dans son exploitation et son utilisation. Les éléments radioactifs qui rentrent dans la production de l’énergie nucléaire ont des conséquences aussi bien sur l’homme que l’environnement. En témoignent les catastrophes de fukushima et de tchernobyl.

 

– L’énergie fossile

 

Aux États-Unis, on utilise toujours des centrales à charbon. Une énergie fossile que l’on aurait pu croire désuète. Les États-Unis en  disposent en grande quantité ce qui assure leur indépendance énergétique. Les montagnes Appalaches, en Virginie-Occidentale, abritent la seconde réserve de charbon du pays et couvrent 12% de ses besoins. Son charbon alimente les 11 centrales de charbon de Caroline du Nord, un état voisin qui a vu s’installer les Data Center des géants du web (Facebook, Apple, Google) en quête d’énergie à bas prix. À eux seuls, ils pompent 5% de l’électricité de l’État.

 

+ Internet l’énergivore et son impact

Si internet était un pays il serait le troisième plus grand consommateur d’électricité. 

– Consommation d’énergie par les ordinateurs, smartphones

Nous sommes à l’ère de la mondialisation où la vitesse de transmission et le temps de la réception d’un message est plus que crucial. Dans cette transmission l’importance des ordinateurs et des smartphones ne sont plus à démontrer.

  • Ordinateur 

 

 

La fabrication d’un ordinateur nécessite 240 kilogramme de combustibles (pétrole, charbon et autres) Cliquez pour tweeter.  Et pour l’extraction de ces matières nécessaires à sa fabrication il faut 1.5 tonnes d’eau. A cela il faut ajouter 22 kg de substance chimique pour avoir le produit   finir. Un ordinateur c’est une consommation de 35 kilowatt heures en veille Cliquez pour tweeter. En voyant le nombre d’ordinateur produit chaque jour par les firmes industrielles, nous avons 352,8 millions d’ordinateurs vendus en 2010, donc plus de 11 appareils à chaque seconde. Et le nombre installé qui est plus de 2 milliards en 2014. Si nous faisons le nombre d’ordinateurs en utilisations dans le monde chaque jour qui avoisine les 3 milliards multiplié par la consommation moyenne journalière, nous avons une consommation en électricité de plus 105 milliards de kilowatt heure.

  • Smartphones

 

 

Les smartphones sont plus accessible et moins chère. La consommation de matières premières pour leur fabrication est aussi colossale. Aussi un téléphone intelligent peu consommer jusqu’à 319 KW d’énergie. Soit 1/5 de la consommation annuelle d’un homme en électricité.

  • Les emails

 

Savez-vous la quantité d’énergie que consomme l’envoi d’un e-mail ? Avec une pièce jointe, c’est l’équivalent de la consommation d’une ampoule à basse consommation, allumée pendant 1 h (soit 24 KW selon l’agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie, Ademe France), sans pièce jointe c’est 5 fois moins. En 2016, c’est 2672 milliards d’e-mails (sans spam) qui ont été envoyés dans le monde. La production d’électricité de 15 centrales nucléaires pendant 1h équivaut seulement à l’envoi de 10 milliards d'e-mails sans spam Cliquez pour tweeter. En effet la facture est tellement énorme que les chiffrent deviennent impossible à une représentation concrète. Et là, on parle que d’e-mail, internet c’est aussi des vidéos mise en ligne, consultations de site internet, des réseaux sociaux, des téléchargements, des moteurs de recherche, des sauvegardes de données, etc…

  • youtube

 

Chaque minute c’est 400 heures de vidéos qui sont ajoutées sur YouTube (chiffre de 2017), soit 600 milles heures chaque jour Cliquez pour tweeter, une vie ne suffirait donc pas pour regarder tous les contenus ajoutés en une seule journée. De même, les chiffres sont aussi hallucinants au niveau de Google premier moteur de recherche. Chaque seconde, c’est près de 39 000 recherches qui sont lancées, pour un total de 3.3 milliards par jour. On ne peut parler d’internet sans parler des réseaux sociaux et Facebook, qui est le leader dans ce domaine n’est pas en reste. En 2010 on estimait déjà à 4 milliards le nombre de messages envoyés par jour par les utilisateurs. Un chiffre qui évolue de manière exponentielle.  Ainsi nous les internautes nous sommes responsables de près de 50% des gaz à effet de serre émis par internet. Cliquez pour tweeter  

 

 

 Deuxième partie de l’article disponible sur ce lien: Internet : Le pollueur silencieux (Partie II)

1 commentaire sur “Internet : le pollueur silencieux ( Partie I )”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *