Interview de TONY yambode Entrepreneur culturel 229

Temps de lecture : 8 min

l'homme sans culture est un arbre sans fruit ,Antoine de Rivarol Cliquez pour tweeter

Dans un pays ou les contributions gouvernementales tardent a venir les particuliers ont tôt fait de prendre le devant et d’aider tant bien que mal cette culture à se révéler. L’un des plus connu est Tony YAMBODE, Administrateur Culturel, Touristique et en Coopération Artistique Internationale de formation et de profession qui dirige aussi l’un des centres les plus connus dans le monde de la culture : L’espace MAYTON. Beblog  l’a rencontré pour vous , et il se livre sans langue de bois dans cette interview.

Je suis un déceleur de talents. Mes initiatives sont à 80% orientées vers la promotion de jeunes talents. Cliquez pour tweeter

+ Bonjour Directeur TONY  c’est un plaisir et un grand honneur pour nous de vous interviewer

Bonjour Beblog et à tous vos abonnés et lecteurs le plaisir est partagé

+ Vous êtes promoteur culturel, qu’est-ce que ça veut dire concrètement …?

Je préfère le titre de Entrepreneur Culturel et plus encore Administrateur Culturel.  L’entrepreneur culturel selon Utrecht School of Arts & Eurokleis  est celui qui crée ou commercialise un produit ou un service culturel ou créatif. il utilise des principes entrepreneuriaux pour organiser ou gérer son activité créative d’une manière commerciale. Ce qui m’amène à dire qu’un entrepreneur culturel est celui qui entreprend dans le domaine culturel. Il stimule la création artistique c’est-à-dire l’offre artistique ou utilise l’offre artistique de qualité qui existe et la met à la disposition des consommateurs qui sont les demandeurs. Il vise la promotion voir l’exposition des artistes à travers leurs produits ou services dans l’optique d’avoir des retours financiers pour les artistes et pour lui-même.

+ Entrepreneur Culturel  donc , mais pourquoi avoir choisi la culture ?

 

La vie est un choix et peu importe notre talent, on ne peut pas tout faire  à la fois. Pour plus impacter, il faut se spécialiser dans l’activité qui nous passionne et dans laquelle on est comblé. On a un avantage absolu pas nécessairement l’activité qui nous procure plus d’argent mais qui nous amène à être utile à quelque chose pour notre environnement. J’ai donc choisi le domaine culturel par amour, pour me spécialiser et pour être utile à ma manière aux artistes et au secteur culturel béninois.

+ Que pensez-vous du secteur culturel béninois ?

Le Bénin est riche de sa diversité culturelle avec un  réel engagement et engouement des hommes et des femmes de culture qui l’animent. Il n’en demeure pas moins qu’au délà de l’animation de la vie culturelle béninoise, nous nous peinons à être représentatif et ou présent lors de certaines grandes rencontres culturelles sur le plan régional international. Même présent à certaines rencontres, nous peinons à tirer notre épingle du jeu.

 

+ Si vous étiez élus ministre de la culture que feriez-vous?

Je n’ai pas besoin d’être ministre pour être utile pour mon pays dans le secteur culturel qui est mien et que j’actionne depuis environ vingt ans Cliquez pour tweeter.

Si un jour, je suis ministre ou sollicité par un ministre pour l’aider, je prioriserai d’abord la formation à la base et le renforcement de la capacité artistique des acteurs des différents secteurs de la culture. Secundo, je mettrai en place des infrastructures culturelles répondant aux normes sans oublier de renforcer celles existantes. Une révision générale des textes de loi organisant le secteur culturel sera faite au profit des acteurs culturels. J’organiserai des assises périodiques avec les représentants des différents corps de métiers artistiques pour recueillir leurs attentes et priorités. Ma gouvernance serait participative et Je  valoriserai les initiatives privées et publics qui vendent culturellement le Bénin.

+ Vous êtes le promoteur de l’espace mayton : parlez-nous un peu de cet espace  et comment y accéder !!

L’ESPACE MAYTON a vu le jour en février 2011 et est situé derrière l’Université d’Abomey-Calavi. Il offre son cadre pour des séances de répétition et de diffusion de spectacles (théâtre, musique, danse) de tout genre ainsi que des expositions. Des activités des résidences artistiques se déroulent également au sein de l’espace. Nous accueillons également des cérémonies de mariage, de baptême. Nous avons trois possibilités pour avoir accès à l’espace mayton. La première émane de notre volonté de programmer un artiste ou groupe d’artiste moyennant un cachet/rémunération. La deuxième possibilité est de rentrer en partenariat avec nous. Pour cela, nous mettons l’espace et toute la logistique à disposition et l’artiste ou groupe d’artistes met à contribution l’artistique. La troisième possibilité est que nous louons l’espace à ceux qui font la demande pour leur différentes activités

+ Quelques événements qui ont déjà eu lieu dans cet espace ?

 

L’ESPACE MAYTON initié  et coorganise des événements qui s’y déroulent. Je peux citer le FITHELYCOB, le BENIN REVELATION STARS, LES PARADES LITTERAIRES. Il met également son espace à disposition pour des événements organisés par les acteurs culturels et par l’Etat. Nous avons accueilli dejà 5 éditions du Festival International de Théâtre du Bénin « FITHEB », les Rencontres Internationales des Arts de l’Oralité « RIAO », les UNIVERS’ARTS etc…

+ Parmi les autres promoteurs culturels qu’est ce qui fait votre particularité?

je n’initie pas pour le plaisir, j’initie pour répondre à un ou des problèmes donnés et quand j’initie je mets tout l’amour et l’effort qu’il faut pour réussir Cliquez pour tweeter

J’emboite le pas à plusieurs aînés que j’affectionne dans le milieu et Dieu sait qu’ils sont beaucoup, je suis venu les voir il y a de cela 20 ans et ils sont restés et chaque fois ils émerveillent par le travail qu’ils abat au quotidien. Parlant de particularité, j’ai du mal à la trouver. Seulement, je n’initie par pour le plaisir, j’initie pour répondre à un ou des problèmes donnés et quand j’initie je mets tout l’amour et l’effort qu’il faut pour réussir. Je suis un déceleur de talents. Mes initiatives à 80% orientés vers la promotion de jeunes talents.

+ Vos distractions préférées préférées

J’ai un penchant à nul autre pour le théâtre de sensibilisation et je prends également du plaisir à écouter les chefs d’œuvres de feu humoriste béninois BABA YABO. Côté musique, j’adore écouter du ADHAHOUI et ANICE PEPE.

+ La place des femmes dans la culture béninoise  actuellement !!

Une femme dans le milieu culturel ou précisément une femme artiste est vu d’un mauvais œil. J’assimile la femme artistes aux femmes journalistes. Pour la société, elles sont de mœurs légère ou le droit au cuissage est chose. Etre artiste est une activité qui demande la liberté, qui demande d’être sur les événements qui généralement finissent tard la nuit, ou aller passer des jours en dehors de sa ville, de son pays pour des rencontres /festivals. Socialement une femme est appelée selon notre coutume à rester pour s’occuper des enfants, cette barrière bien que fondé est une contrainte pour les femmes artistes pour prospérer. Je connais des artistes d’un talent incontesté qui une fois au foyer ont abandonné leur carrière sur le dicta de leur mari et surtout de la belle femme. C’est ce qui justifie surtout dans le milieu du Théâtre qui est mon milieu de prédilection le nombre très infirme de comédiennes. Je dirai que c’est le même constat dans les autres disciplines à une exception prête de la musique. Mais là, je veux parler de la musique où la majorité des artistes filles excellent en laissant leur entrejambes selon un reportage que j’ai suivie il y a un peu longtemps sur une de nos chaines t.v.

+ Entrepreneur culturel au Bénin, cela nourrit-il son homme?

Tous les médecins comme tous les journalistes sortis de l’Université ne trouvent pas du travail pour enfin satisfaire leurs besoins fondamentaux. Il en est de même pour le Promoteur Culturel. Comme on dit, beaucoup sont appelés mais peu sont élus, dans le secteur culturel, l’administrateur culturel/entrepreneur qui connait son boulot et qui l’exerce avec professionnalisme a d’abord une satisfaction morale puis après les moyens financiers suivent pour lui permettre de répondre aux besoins fondamentaux de sa petite famille et des sollicitations de ses proches. Je suis fier d’être entrepreneur culturel et de constater que mes pairs vivent bien et mieux que plusieurs personnes d’autres secteurs d’activités. Ils sont leurs propres employeurs et gèrent leur temps à leur guise.

 

+ Quels sont vos projets pour l’avenir !!!

Concrétiser les activités inscrites dans mon plan de travail pour 2019. Participer à des appels à propositions sur le plan national et international ainsi que continuer par donner corps à mon rêve de l’espace Mayton , car l’espace Mayton est à peine à 50% de réalisation de mes ambitions.

+ Beblog est un blog communautaire récemment entrer dans le monde du blogging, nous traitons de tous les sujets, Santé, Femmes, Technologie, Littérature etc.. et même culture.. Quels conseils pouvez-vous nous donner pour notre amélioration.

Le début dans toute entreprise, est souvent difficile, il faut s’armer de patience, de courage et être endurant. Il faut avoir à cœur l’objectif de départ à atteindre. Sur votre chemin, vous serez peut être amenés à rencontrer des difficultés, il faut à tout prix les surmonter. Il faut vous dire que nous sommes dans un monde où règne la jalousie, la méchanceté, la médisance. Ceux qui n’ont jamais rien initié sont souvent les premiers à vous critiquer.

+ Votre mot de fin 

Merci pour l’honneur que vous faites à ma petite personne pour l’interview. Puisse les fruits tenir la promesse des fleurs de Beblog.

Merci pour votre disponibilité

2 commentaires sur “Interview de TONY yambode Entrepreneur culturel 229”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *