Top 7 des femmes béninoises les plus influentes

Temps de lecture : 10 min

La  femme, complément de l’homme très souvent reléguée au second plan, a toujours su dans l’ombre faire ses preuves. La célèbre citation « derrière un grand homme y a toujours une grande femme » ne fait que confirmer l’évidence. Au Bénin nous avons connu les amazones du Dahomey. Aujourd’hui, qu’en est-il ? Est ce qu’il reste encore une infime partie de bravoure que ces amazones auraient légué à nos filles, femmes, mères ?   Découvrons ensemble cet article, qui nous parle de nos femmes béninoises les plus influentes .

 

+ Angélique Kidjo

 

 De son vrai nom Angélique Kpasselo Hinto Kandjo Manta Zogbin Kidjo, la diva béninoise est née le 14 Juillet 1960 à Ouidah au Bénin. Très tôt elle a eu son coup de cœur pour la musique à l’âge de 6 ans. Elle en a fait son activité principale et en est devenu un as. Son genre musical est le pop africain inspiré musique traditionnelle. Cette musique lui a permis de mener son combat humanitaire. Ainsi, elle devient ambassadrice internationale de bonne volonté de l’UNICEF depuis 2002 et mène plusieurs combats surtout pour la scolarisation des filles. L’influence de ses messages, lui a valu plusieurs distinctions honorifiques.

En effet, en 2007 elle a reçu trois Grammy Awards (Meilleur Album de Musique du Monde contemporain). Elle fait partie des cinquante icônes du continent africain selon la BBC. Time magazine l’a appelé première diva africaine. Angélique est la première femme dans la liste des quarante célébrités les plus importantes d’Afrique d’après le   magazine Forbes.

Aussi, plusieurs magazines la décrivent comme la reine incontestée de la musique africaine dont le Daily Telegraph. Son engagement l’a incité à créer le 25 Juillet 20017 le spectacle Femme noire qui déjà a une renommée internationale. Aussi, elle est fondatrice de Batonga qui est une fondation qui soutient la scolarisation des filles en octroyant des bourses et autres moyens susceptibles d’encourager l’éducation des filles. Dynamique, elle est engagée dans plusieurs autres luttes. Le 28 Septembre 2009, chaque télechargement de sa chanson You Can Count On Me offre une vaccination contre le tétanos à une mère en Afrique. Ceci est le fruit de sa collaboration avec l’Unicef et la marque Pampers dans leur lutte contre le Tétanos. Incontournable, dynamique, passionnée de combat pour la femme africaine, dame Kidjo continue sa lutte et n’est pas prête de s’arrêter.

 

+ Reckya Madougou

Le 30 avril 1974 a vu le jour Reckya Madougou. Femme politique très engagée, elle est détentrice  d’un diplôme d’ingénierie commerciale à l’Institut supérieur européen de gestion de Lille en 1998. En plus de cela elle a un diplôme de l’Ecole des hautes études internationales de Paris. La carrière de Reckya commença par le poste de Directrice commerciale particulièrement pour la branche béninoise du géant de l’automobile Volkswagen. Déjà en 2006, elle fonda son propre cabinet de conseil International Key Consulting.

Mais en 2008, Boni YAYI Président de la République du Bénin d’alors l’appela à servir son peuple en tant que ministre. Ainsi de 2008 à 2013, elle occupa successivement les portes feuilles du ministère de la Microfinance, de l’Emploi des Jeunes et des Femmes, de la Justice de la législation et des droits de l’homme et fut même porte-parole du gouvernement. En août 2013, elle fut limogée du gouvernement à la suite d’une brouille entre deux géants du monde politique béninois Boni YAYI et Patrice TALON. Elle se consacra par la suite dans l’expertise internationale en finance inclusive et projets de développement pour des organismes internationaux et gouvernements en Afrique. En outre, elle reste engagée comme toujours.

Ses combats et engagement lui ont permis de décrocher des distinctions telles le titre « Woman of courage Award » décerné par le gouvernement américain et est parmi les cinquante 50 femmes africaines les plus influentes du monde selon Jeune Afrique. Elle est l’auteur de l’ouvrage”Mon, combat pour la parole : Les défis d’une mobilisation citoyenne pour la promotion de la gouvernance démocratique, Harmatan, 2012, 234p”. Reckya malgré ses démons, reste une dame forte de caractère, déterminée, remplis de bravoure et prête à atteindre ses objectifs. Une figure qui illumine plus d’un.

 

+ Laurence Do rego

 

Feru des chiffres, Laurence Do-rego a eu un parcours exemplaire. Déjà en 2002 elle rejoint le groupe bancaire Ecobank basé au Togo. Elle franchit les échelons et finit par occuper le poste de directeur exécutif du groupe chargé de la finance et du risque. En 2013, une crise de gouvernance et de management secoua le groupe bancaire. En effet, cette crise conduit finalement à l’éviction de Thierry Tanoh du poste de Directeur général du groupe. C’est bien elle, qui a sonné l’alerte sur les manquements aux règles de bonnes gouvernances de ce dernier.

Quelques mois plus tard, le groupe la nomma directrice exécutive de son pôle Banque commerciale. Dans le communiqué, le Directeur général de la Banque la remercie pour son leadership. En effet elle fait partie de l’équipe ayant permis l’expansion du groupe en Afrique de l’Est et Australe. Depuis sa nomination, elle fait déjà parti des 100 personnes qui comptent en Afrique. Le magazine Financial Afrik l’a classée parmi les personnalités qui ont contribué au développement de l’Afrique en 2016. Femme à la poigne de main ferme, Dame Do-rego est une battante qui devrait inspirer la jeunesse. 

 

+ Marie Elise Gbedo 

Avocate et femme politique béninoise, Marie-Elise Gbèdo a vu le jour le 29 Décembre 1954 à Mankono en Côte d’Ivoire.  La vie de Marie-Elise se résume en deux grande parties : sa vie de juriste et sa vie politique. En effet, de l’université Panthéon-Sorbonne elle est sortie avec un DEA en droit des affaires en 1983 et d’un Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat CAPA en 1984. Dès lors, elle intègre le barreau de Paris en 1985 et fit un parcours exemplaire. A son retour au Bénin en 1987, elle s’inscrit au barreaux et en devient la cinquième femme.

Elle ouvre ensuite son cabinet et milite pour les droits des femmes qui lui sont chers. Elle fût présidente de l’association des juristes du Bénin pendant des années. Sur le plan politique elle est la première béninoise à se présenter aux élections présidentielle en Mars 2001. Malgré son échec, en 2006 elle récidive et fait pareil en 2011. Elle décrit ses échecs comme un manque de solidarité entre femmes puisqu’au Bénin elles sont plus nombreuses que les hommes. En 2005, elle sortit un livre autobiographique intitulé « le destin du roseau ». Elle y retrace son parcours, ses difficultés, péripéties et essaie d’y expliquer sa témérité.

 Elle a appartenu à beaucoup de gouvernement. Ainsi dame Gbèdo a occupé plusieurs fauteuils ministériels sous l’ère du Général KEREKOU et sous l’économiste YAYI. Ces combats portent essentiellement sur les femmes. En l’occurrence la lutte contre la maltraitance des filles à travers le phénomène de vidomègon (enfant placé), l’excision des filles, le mariage forcé des filles, la violence conjugale sur les femmes etc… Tout ceci lui a permis de recevoir le titre de commandeur de l’Ordre national du Bénin en 2000. En plus de cela, elle est également Chevalier de l’Ordre national de la légion d’honneur depuis  le jeudi 17 Mai 2018. 

+ Rosine Vierra SOGLO 

La dame de fer du Bénin est née le 7 Mars 1934 à Ouidah au Bénin. Femme politique béninoise, elle est députée à l’Assemblé Nationale. Huissière de formation, elle exerça le métier entre 1965 et 1968. Epouse de Nicéphore Dieudonné SOGLO, elle fût première dame du Bénin de 1991 à 1995. Ainsi, l’amour à la chose publique la poussa a créé très tôt en 1992 son propre parti La Renaissance du Bénin. Avec ce parti elle a fait du chemin et a été plusieurs fois député. Les qualités du franc parlé, de la témérité, et de l’engagement dans la lutte se sont collées à elle et font d’elle une amazone de nos temps. 

 

+ Zeynab

Oloukèmi Zeynab Abibou est née le 25 Septembre 1975 à Abidjan en côte d’Ivoire. Elle y passe une partie de son enfance et revient au pays en 1993. Son talent commença à éclore lorsqu’elle interprétait des chansons au cours des journées culturelles au Collège d’Enseignement d’Allada où elle était élève.  Ensuite, vint les animations karaoke qu’elle faisait au Bar chez Alex. Tout doucement elle se fait de l’orchestre Super Quartz au cours de l’une de leurs animations. C’est le début d’une carrière plus que prometteuse.

Elle sortit son premier album en 2002 inititulé Intori (Pourquoi en langue yoruba). A la suite s’enchaîne des albums . Ses mélodies sont devenues des classiques comme ovi, le monde est beau, chacun à sa chance, bolodjo et autres baissent son publique qui lui est fidèle. Elle s’inspire de la musique des anciens, pour créer la sienne. Sa voix naturelle porte tout un peuple qui en est fière. Devenu très tôt en 2007 ambassadrice nationale de bonne volonté de l’Unicef, Zeynab est engagé dans l’éducation des filles.

Elle en parle dans ses chansons qui dénonce la maltraitance des enfants et beaucoup, d’autres violence à leurs encontre. En 2005 elle fût récompensée en recevant le prix du meilleur espoir féminin africain aux Black Music Awards à Cotonou. Toujours dans la même année, au Kora Music Awards à Dubaï, elle a reçu le prix du Meilleure Artiste Féminine de l’Afrique de l’Ouest pour son titre ‘Enfant’. Le titre Bolodjo lui a permis de recevoir le prix du Meilleur Artiste de la musique traditionnelle aux Africa Awards à Lagos en 2016. Fidèle à elle-même, Zeynab est une icône de la musique béninoise et tout le peuple l’adule. 

 

+ Claudine Talon

Claudine Talon a été révélée au peuple béninois le 6 Avril 2016 à travers l’investiture de Patrice Talon son époux. Première dame très engagée elle créa rapidement la Fondation Claudine Talon et s’engage dans ses idéaux. La Fondation est sur plusieurs fronts et mène le combat sur le terrain. Claudine étant femme, s’active dans la lutte contre les fistules obstétricales, la maltraitance des enfants, et surtout la lutte contre le VIH/SIDA.  

Au cours de la 20ème assemblée générale ordinaire de l’Organisation des Premières Dames d’Afrique contre le VIH/SIDA (OPDAS) la dame de fer a affirmé : « ce que femme veut et s’y engage, se réalise ». Elle rassure donc ses paires que malgré les obstacles leur objectif commun se réalisera. Plutôt dynamique elle ne lésine pas sur les moyens afin d’atteindre ses objectifs. Grâce à ses nombreuses partenariats, la Fondation Claudine Talon est présente sur le terrain pour le bonheur de la population. Déterminée, elle croit dure à l’aboutissement de ses luttes. 

 

 

Les parcours ainsi cités ont été réalisés par des femmes ordinaires comme vous mesdames. Prenez donc le bon exemple de leur qualité. Elles sont toutes pétris de témérité, d’audace de persévérance, d’ardeur et de bravoure. N’abandonnez jamais vos rêves et donnez vous les moyens de les accomplir Dites-nous laquelle vous inspire plus et celles qu’on pourrait citer si on devait compléter la liste .

 

 

Sources :

 

http://globalworld.skyrock.com/3265372562-zeynab-habib 

https://beninwebtv.com/2018/claudine-talon-femme-veut-sy-engage-se-realise/ 

https://rateyourmusic.com/artist/angelique_kidjo 

http://musique.rfi.fr/artiste/musique_mde/angelique 

https://www.theguardian.com/culture/2011/mar/08/angelique-kidjo-100-women 

https://www.forbes.com/pictures/ehed45mef/angelique-kidjo-51-beninoise-musican/ 

http://www.batongafoundation.org/ 

http://www.lesdirigeantes.com/laurence-do-rego-le-pole-commerciale-du-groupe-ecobank/ 

https://www.repubicoftogo.com/toutes-les-rubriques/finances/laurence-do-rego-prend-du-galon  

https://www.leaders-afrique.com/reckya-madougou 

 

1 commentaire sur “Top 7 des femmes béninoises les plus influentes”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *