Antibiotiques : vers une apocalypse inévitable ?

Temps de lecture : 14 min
La résistance aux antibiotiques constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement.#OMS Cliquez pour tweeter

La découverte des antibiotiques a été l’une des découvertes majeures du 20 e siècle révolutionnant au passage la médecine. En effet des maladies qui étaient toujours mortelles ont pu être guéries et des millions de vies sauvées.

Cependant la mauvaise utilisation et l’usage abusif de ces antibiotiques a entraîné le développement et la dissémination de bactérie qui sont devenues résistantes

Pour l’OMS :

Logo de l'OMS

La résistance aux antibiotiques peut toucher toute personne, à n’importe quel âge et dans n’importe quel pays et constitue aujourd’hui l’une des plus graves menaces pesant sur la santé mondiale, la sécurité alimentaire et le développement.

OMS (http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/résistance-aux-antibiotiques)


Vu l’ampleur du phénomène et les risques énormes que courent l’humanité nous avons voulu apporter notre pierre à l’édifice en parlant cette semaine de ce fléau souvent banalisé mais qui pourrait si rien n’est fait entraîner l’extinction de la race humaine.


+ Antibiotiques précieux médicaments mais pour combien de temps encore ..

Les antibiotiques sont utilisées partout dans le monde
Crédit photos pixabay
En réponse à l'action des antibiotiques sur elles, les bactéries ont commencé à développer des mécanismes pour pouvoir survivre. On parle d'antibiorésistance. Cliquez pour tweeter

Les antibiotiques sont precieux voire indispensables. Elles sont des substances naturelle ou synthétique qui détruisent les bactéries de façons spécifique. Cette interaction entre l’antibiotique et sa cible est très sélective, spécifique des bactéries. Ces composés ne sont en général actifs ni sur les champignons ni sur les virus. ( en d’autres mots les antibiotiques ne marchent que sur les bactéries). Il existe d’autres molécules actives sur ces autres types d’agents infectieux : Les antifongiques (champignons) ou les antiviraux ( virus). Pour tout savoir sur les antibiotiques cliquer sur notre article qui en a déjà parle

+ une solution qui vient avec son probleme

Le problème c’est justement qu’en réponse à l’action de ces antibiotiques les bactéries ont commencé à développer des mécanismes pour pouvoir survivre. On parle d’antibiorésistance.
Sur le site du gouvernement français on peut lire que:

L’antibiorésistance est le phénomène qui consiste, pour une bactérie, à devenir résistante aux antibiotiques. Les bactéries exposées aux antibiotiques évoluent et développent des mécanismes de défense qui leur permettent d’échapper à leur action. Ce phénomène touche aussi bien les bactéries à l’origine des infections (bactéries pathogènes) que les bactéries généralement inoffensives qui sont naturellement présentes sur notre corps (bactéries dites commensales).

(https://solidarites-sante.gouv.fr)

+ Origines de l’antibiorésistance

Image d'un virus

Contrairement à ce que vous pouvez penser, la résistance aux antibiotiques est aussi ancienne que les antibiotiques elles-mêmes. Ce phénomène serait même pour partie antérieure à leur utilisation par l’Homme.
Les antibiotiques actuelles sont en effet, pour une fraction importante, des composés naturels produits par des micro-organismes (fongiques par exemple ). Cec microorganismes doivent depuis des millions d’années se défendre contre les bactéries.

La sécrétion d’antibiotiques est aussi une stratégie développée par des organismes bactériens pour éliminer leurs compétiteurs de leur environnement. (la bactérie productrice doit donc être capable d’y résister ).
Il existe ainsi depuis longtemps une co-évolution entre des organismes sécrétant des antibiotiques et des organismes cibles qui tendent à s’y adapter (via le jeu de la sélection naturelle).

+ Resistances naturelles mais aussi resistances acquises

image de bactérie
Si l'acquisition de la résistance par mutation est un phénomène rare, de l'ordre d'une bactérie sur un milliard, les gènes de résistance peuvent s'échanger à très haute fréquence, jusqu'à une bactérie sur 100. Cliquez pour tweeter

Selon antibio-responsable

Certaines espèces bactériennes peuvent être « naturellement » résistantes à un antibiotique ou à une famille d’antibiotiques, c’est-à-dire de manière naturelle. Cette résistance naturelle (ou intrinsèque) concerne toutes les souches d’une même espèce bactérienne.

(https://www.antibio-responsable.fr/antibioresistance/resistance-aux-antibiotiques)

C’est ce qui explique le fait que pour différentes affections bactériennes on serait amené à prescrire différentes antibiotiques.

Cependant, toujours selon le site il existe un autre type de résistance, plus préoccupant : c’est la résistance acquise. Elle se caractérise par l’apparition subite d’une résistance à un ou plusieurs antibiotiques. Et ceci chez certaines bactéries qui y étaient auparavant sensibles.

L’institut pasteur (https://www.pasteur.fr/fr/centre-medical/fiches-maladies/resistance-aux-antibiotiques) nous explique que cette résistance acquise aux antibiotiques d’une bactérie peut résulter de deux mécanisme:

  • Soit d’une mutation aléatoire, mais L’antibiotique n’est pas l’agent mutagène, il sélectionne seulement les mutants devenus résistants .
  • soit de l’acquisition d’un gène de résistance conférant la résistance à un ou plusieurs antibiotiques.

+ Des echanges de gènes problematiques

Les bactéries ont en effet la capacité à s’échanger des gènes. Ces échanges sont particulièrement problématiques dans le cas de la résistance aux antibiotiques. En effet si l’acquisition de la résistance par mutation est un phénomène rare, de l’ordre d’une bactérie sur un milliard, les gènes de résistance peuvent s’échanger à très haute fréquence. Cette fréquence peut aller jusqu’à jusqu’à une bactérie sur 100, énorme n’est ce pas?
De plus la résistance aux antibiotiques n’est pas spécifique aux bactéries responsables de maladie. Elle touche également les bactéries bénéfiques et non pathogènes qui nous colonisent et constituent notre microbiome. Ces bactéries résistantes représentent alors un réservoir de gènes de résistance qui pourront être transmis à des bactéries pathogènes. Vous comprenez l’ampleur du phénomène et le cercle vicieux?

+ Et c’est pas tout….

De manière générale, la résistance aux antibiotiques résulte donc d’une évolution par sélection naturelle, les antibiotiques exerçant une pression sélective très forte, en éliminant les bactéries sensibles ne laissant que des bactéries pleinement ou majoritairement résistantes.

Ces processus semblent cependant s’être accélérés dans l’espace et le temps, avec plusieurs explications possibles et complémentaires :

  • L’utilisation massive des antibiotiques par l’Homme, dans la deuxième moitié du xxe siècle sutout à cause des guerres , a exposé un grand nombre de bactéries, pathogènes notamment, à des antibiotiques.
  • une utilisation d’antibiotiques à titre prophylactique et thérapeutique ou comme facteur de croissance chez les animaux d’élevage
  • L’utilisation inappropriée d’antibiotiques par les patients eux-mêmes.
  • Les diagnostics incorrects suivis d’antibiothérapies ont contribué à ce phénomène.
  • Les prescriptions abusives ou de précaution sont une autre source de risque.

+ Coronavirus et antibiotiques

Coronavirus et antibiotiques
A l'allure actuelle, sans une profonde et rapide prise de conscience nous risquons de nous retrouver au lendemain d'une victoire contre le covid 19 face à une catastrophe humanitaire et sanitaire et un scénario bien plus apocalyptique.… Cliquez pour tweeter

Depuis plusieurs mois la pandémie du covid-19 sévit sur toute la planète. On note ainsi une grande désinformation avec des fake news qui font l’apologie de differentes potions. qu’il s’agisse par exemple surtout en Afrique de remèdes locaux, mais aussi des antibiotiques pour prévenir la maladie ou la guérir.

De plus dans leur protocole de prise en charge , la plupart des pays incluent les antibiotiques (cas du Bénin avec l’azithromycine ). L’ objectif étant en effet de traiter les éventuelles surinfections bactériennes. Malheureusement , désinformation préjugés sur les antibiotiques et faible niveau d’alphabétisation font rage. la population assimile ainsi les antibiotiques à des médicaments à prendre systématiquement avec la chloroquine. Tout ceci sans se rendre compte des conséquences qu’une telle pratique pourrait avoir sur leur santé, mais l’humanité entière.

D’après Morel sossou medecin généraliste béninois :

Nous ne devons utiliser les antibiotiques que sur prescription médicale et nous devons pas mettre la pression sur les médecins pour en avoir. Le covid 19 n’est pas sensible aux antibiotiques. Et à l’allure actuelle, sans une profonde et rapide prise de conscience nous risquons de nous retrouver au lendemain d’une victoire contre le covid 19 face à une catastrophe humanitaire et sanitaire et un scénario bien plus apocalyptique.

Morel Sossou medecin généraliste

+Des conséquences terribles : l’humanité risque de ne pas s’en remettre.

Image apocalypse
la résistance aux antibiotiques compromet les acquis de la médecine moderne. En l’absence d’antibiotiques efficaces pour prévenir et traiter les infections, les transplantations d’organes, la chimiothérapie et certaines interventions… Cliquez pour tweeter

Les conséquences de l’antibiorésistance sont graves.
Lorsqu’une infection bactérienne avérée ne peut plus être traitée par un antibiotique de première intention, on doit recourir à des médicaments plus coûteux. De plus, la prolongation de la maladie et du traitement, souvent dans le cadre d’une hospitalisation, accroît les dépenses de santé, ainsi que la charge financière pesant sur les familles et la société.
selon L’OMS:

Un nombre croissant d’infections, comme la pneumonie, la tuberculose ou la gonorrhée, la salmonellose, deviennent plus difficiles à traiter; les antibiotiques utilisés pour les soigner perdant leur efficacité.

OMS

Soulignons également que la résistance aux antibiotiques compromet les acquis de la médecine moderne. En l’absence d’antibiotiques efficaces pour prévenir et traiter les infections, les transplantations d’organes, la chimiothérapie et certaines interventions chirurgicales telles que les césariennes deviendront beaucoup plus dangereuses.
Quand les antibiotiques ne fonctionnent pas, le résultat peut être :

  • Des maladies plus longues
  • Plusieurs complications supplémentaires
  • Des consultations chez le médecin supplémentaires
  • Une utilisation de médicaments plus puissants et plus chers
  • Des décès supplémentaires causés par des infections bactériennes


+ Quelques chiffres sur l’ampleur du phénomène

chiffres sur la résistances aux antibiotiques
300 millions de personnes décéderaient prématurément d'ici 2050 et le coût économique sur ces trente-cinq années serait compris entre 60 et 100 trillions de dollars. Cliquez pour tweeter


D’après les données du CEPMC( centre europeen pour la prevention et le contrôle des maladies ) et du CDC (centre pour le contrôle et la prevention des maladies ): On estime que la résistance aux antibiotiques a causé 25 000 morts en Europe en 2007 et plus de 23 000 aux États-Unis en 2013. Elle entrainerait également, sur la même période, un coût de 1,5 milliard d’euros en Europe et de 20 milliards de dollars aux États-Unis.

Un rapport de la commission d’experts mise en place par le premier ministre britannique estime à 700 000 morts dans le monde pour l’année 2014 (estimation la plus basse).
300 millions de personnes décéderaient alors prématurément d’ici 2050 et le coût économique sur ces trente-cinq années serait compris entre 60 et 100 trillions de dollars.
Certaines estimations font même état de projections à 10 millions de morts par an au niveau mondial à l’horizon 2050 en l’absence de mesures adaptées.
L’antibiorésistance pourrait ainsi devenir la première cause de mortalité dans le monde. Terrifiant n’est ce pas ? le mot apocalypse vous semble mois exagéré tout d’un coup n’est ce pas ?

+ Et au benin?

Etoile rouge benin
etoile rouge Benin
Même si on peut se rejouir de l'effort des autorités , un travail profond doit être fait sur la population elle même afin qu'elle prenne conscience. C'est le devoir de nous tous , encore plus des personnels de santé.Lorene ADJAGNISSOUDE… Cliquez pour tweeter

Nous ne disposons pas clairement de chiffres officiels quant à l’ampleur du phénomène au Bénin. Mais avec le faible taux d’alphabétisation , les moyens précaires ainsi que l’automédication à outrance , il faut dire que nous ne sommes pas optimistes. loin de là.

Néanmoins Pour Lorène Adjagnissoude étudiante en 6e année de médecine à l’université de Parakou il y a une lueur d’espoir:

Nous devons plutôt reconnaître que des efforts sont faits. Par exemple concernant la délivrance d’antibiotiques par les pharmacies, qui ne se fait que sur ordonnance désormais. Aussi la lutte contre la vente illicites de médicaments au Bénin , et la fermeture des centres de soins illégaux. Ces mesures sont déjà quelques débuts de solutions en amont afin d’éviter que les populations aient un accès incontrôlé aux antibiotiques.

Cependant même si on peut se réjouir de l’effort des autorités , un travail profond doit être fait sur la population elle même afin qu’elle prenne conscience. C’est le devoir de nous tous , encore plus des personnels de santé.

+ Que pouvons nous faire pour éviter le pire?

Quelles porte choisir face à la résistance aux antibiotiques
Nous ne devons utiliser des antibiotiques que s’ils sont prescrits par un professionnel de santé qualifié et nous ne devons jamais exiger d’antibiotiques si un agent de santé nous dit que vous n’en avons pas besoin Cliquez pour tweeter

Vu l’ampleur que prend le phénomène il urge de prendre des mesures adéquates .
Pour prévenir et combattre la propagation de la résistance aux antibiotiques, l’ OMS préconise de :

  • N’utiliser ces médicaments que s’ils sont prescrits par un professionnel de santé qualifié;
  • Ne jamais exiger d’antibiotiques si votre agent de santé vous dit que vous n’en avez pas besoin;
  • Toujours respecter les conseils du soignant lorsque vous utilisez des antibiotiques;
  • Ne jamais partager vos antibiotiques avec d’autres personnes ou utiliser les médicaments qui vous restent;
  • Prévenir les infections en vous lavant régulièrement les mains, en suivant les règles d’hygiène pour la préparation de la nourriture. Aussi en évitant les contacts proches avec des malades, en ayant des rapports sexuels protégés et en vous vaccinant ;
  • Préparer les aliments de façon hygiénique les garder propres, séparer les aliments crus et cuits, bien les cuire. Egalement les aliments doivent être conservés à une température adaptée et choisir des aliments, notamment les produits d’élevage sans antibiotiques.

+ Avez vous retenu l’essentiel?

Si nous ne prenons pas des mesures d’urgence, nous entrerons bientôt dans une ère post-antibiotique dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles, UNE ERE APOCALYPTIQUE. Cliquez pour tweeter

La résistance aux antibiotiques est devenue ces dernières années,un véritable problème de sante publique. Elle entraîne une augmentation des dépenses médicales, une prolongation des hospitalisations et une hausse de la mortalité.
Il faut d’urgence changer dans le monde entier la façon dont nous prescrivons et utilisons ces médicaments. Car Même si l’on met au point de nouveaux antibiotiques, la résistance demeurera une grave menace sans une modification des comportements.

Cette révolution doit comporter aussi des mesures pour réduire la propagation des infections. Notamment par la vaccination, le lavage des mains, les rapports sexuels à moindre risque et une bonne hygiène alimentaire. De plus une modification profonde de notre utilisation du médicament doit s’opérer.
Ainsi Si nous ne prenons pas des mesures d’urgence, nous entrerons bientôt dans une ère post-antibiotique. Unze ère dans laquelle des infections courantes et de petites blessures seront à nouveau mortelles, UNE ERE APOCALYPTIQUE.

les cimetieres seront remplies de morts dues à la résistance aux antibiotiques

1 commentaire sur “Antibiotiques : vers une apocalypse inévitable ?”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *