LE REFRAIN DES ANGES ORPHELINS

Temps de lecture : 8 min

 Des générations d’écrivains se suivent avec à chaque fois une particularité dans la manière de voir le monde et de se l’adapter. Cela révèle bien combien chaque génération d’écrivains est soucieuse de tremper en plain dans la situation socio-politique de son pays. Ce sont ces générations, qui particularisent le style et le rendent authentique.  C’est ce que fera Sadlay Fiat-Lux Houyeme, le jeune écrivain béninois qui se lance vigoureusement dans l’arène littéraire de son pays avec son premier roman Le refrain des anges orphelins édité en 2019 aux éditions Immatriculées à Cotonou ; lequel roman prend cause des enfants de rue,  et surtout des orphelins. Pour lui, écrire c’est prendre la défense des âmes opprimées et délaissées ; et il le montre bien à travers ses prises de positions objectives.

+Bibliographie de l’auteur 

Sadlay HOUNYEME

Né à Porto-Novo (République du Bénin) en septembre 1995 d’une commerçante et d’un journaliste  (qu’il perdra trop tôt ), Sadlay Fiat-lux HOUNYEME obtint son baccalauréat série D au CEG Aglogbè en 2016.  Son amour de la langue anglaise l’amène à  poursuivre ses études en littérature anglaise a l’université d’Adjarra. Brillant qu’il fut au cours de son parcours scolaire,  il essayera de toucher à tout ce qui réclame de l’esthétique,  à commencer par la peinture, avec un goût prononcé pour la musique et enfin la littérature. Accusant l’impossibilité des humains devant les faits touchants de la société, surtout les injustices et violences dont sont victimes les âmes faibles,  Sadlay empoigne la plume pour s’ ériger en voix des sans-voix. Il s’ y est bien tenu que les Prix n’ont pas tardé à le distinguer. En 2018, sa nouvelle La Dame en Toyota  (qui constitue le fond de son premier roman) reçoit le prix AfroYougAdult de Goethe Institut ; en 2019, il reçoit le Prix de l’écrivain en Herbe (PEH), le Prix des éditions Mémoire Héritage puis le Prix de la CENE littéraire camerounaise pour un concours en l’honneur de l’écrivain camerounais Mongo Beti. Son texte philosophique a également triomphé au concours organisé par les administrateurs de Beblog.

 + Structure de l’oeuvre 

Première partie : Chapitre I et Chapitre II

Titre : Les délires d’un amour problématique

Deuxième partie : chapitre III à Chapitre XIII

Titre : Vie d’orphelins

Troisième partie : Chapitre XIV

Titre : Retour d’Emma à la réalité

+ Résumé de l’ouvrage

Emma et Prudence sont deux amoureux qui nourrissent le rêve de s’ épouser.  Mais ce qu’Emma ignore, c’est qu’elle est le fruit d’un passé de risques, un passé traumatisant, un passé assis sur la superstition et la souffrance qui lui défend tout lien érotique. Mélissa,  sa mère adoptive, s’ oppose vite à cet épanchement, exhortant la jeune fille à se faire une image dans la société d’abord avant de songer aux amourettes. Et pour cause ! elle, Mélissa, maîtrise mieux le passé d’Emma ; le père de celle-ci lui ayant confié le journal qui résume sa vie ; ce journal qu’Emma finira par lire.

En effet, Rachidi est un jeune de Godomey qui perdit ses d9eux parents à l’âge de sept ans à cause d’un problème de partage de terrain entre son père et ses tantes Yèmi et Sica. Rachidi, orphelin, fut placé près sa tante Yèmi au Nord du Bénin. Là, il vécut toutes les maltraitances inhumaines ; il fuira celle-ci dès qu’il découvrira que c’est elle qui avait empoisonné ses deux parents. Ce fut maintenant le tour de la tante Sica de plonger le jeune orphelin dans la pure souffrance,  plus dure que celle qu’il vivait chez l’autre. Alors, un jour, dépassé,  Rachidi fuit cette dernière et opte pour l’errance. Il réussit à se faufiler entre les passagers d’un bus pour se retrouver à Cotonou. Arrivé devant son ancienne demeure, il remarque que la maison avait déjà été vendue ; pire, leurs voisins d’antan avaient tous déménagé.  Alors, il retourne à la rue. Il y fonde vite une famille de mendiants avec trois compagnons de rue : Jémi, Robert et Jules. Au début,  ils n’avaient qu’à fouiller dans les poubelles pour se nourrir.  Par la suite, Rachidi se servira de son talent musical pour créer une autre source de revenu : jouer de la musique dans les feux tricolores avec ses trois amis ;  ce qui lui vaut son nom de Bold. Malheureusement,  ses amis moururent un à un de manière tragique. Ne restera que lui pour chanter la misère dans les feux sans que personne ne daigne le considérer. Seule une dame l’apprécie, l’aime, le nourrit : c’est Emma, la dame en Toyota. Les deux finissent par se marier, bravant les malédictions pesant sur la famille d’ Emma suivant lesquelles tous les hommes qui connaîtrons sa nudité mourront deux semaines après. Heureusement,  Bold enceinte Emma sans connaître la mort. C’est tardivement que Bold saura qu’Emma était la fille de sa tante qui avait tué ses parents. Emma mourra en donnant naissance à une fille, celle que Bold nommera Emma en souvenir de sa mère.

+ Analyse

Le refrain des anges orphelins est un roman qui plonge les lecteurs dans un pan de leur propre vécu quotidien, de leur réalité indéniable.  Le titre à lui seul connote l’intention de l’auteur : c’est un résumé de tout le roman. Le refrain des anges orphelins.  Voyons comme les anges dépendent entièrement de DIEU ; que se passerait-il si un jour, DIEU abandonne ses anges ? De la souffrance,  ils souffriront. Les orphelins, eux aussi,  sont des anges qui ont perdu une ou toute leurs instances commandantes. Ils ont perdu le pourvoyeur de leur vie et ne peuvent que mendier la bonté des autres pour se panser le moral. L’auteur attire l’attention de la société sur tous les enfants abandonnés : c’est donc la voix des affamés.

+ Étude thématique

– Vie d’orphelin

Ce n’est pas par express que l’auteur a choisi en majorité des orphelins comme personnages de son roman. Pour Sadlay HOUNYEME,  les orphelins représentent une couche sociale que la société écarte par inadvertance. Bold, Mélissa,  les deux Emma, tous orphelins ont vécu dans la misère,  car personne ne pense à eux. Leur misère devient comme une convention : « C’est ainsi que vit l’orphelin.  Ainsi j’ai vécu » se répète Bold. Ce roman est donc une invite à la conscience collective ; l’auteur prend par là pour inviter les humains à réfléchir sur ce mal qui leur échappe. De ce thème découle la souffrance.

-La souffrance

Toute la trame de l’histoire semble être conçue pour montrer les types de souffrances qu’endurent les orphelins et bien même les enfants de rue. Cela commence par Emma (fille) dont le cœur souffre à cause de sa limitation dans ses épanchements de cœur, fautant pour Prudence malgré sa récente déception avec Oscar. Ensuite, c’est Mélissa qui porte en elle son mal de stérilité,  qui souffre de ne pas avoir d’enfant à cause d’un acte fatal survenu dans son passé. Puis, la souffrance d’ Emma (mère), gardant en elle son mal qui l’écarte de tout plaisir sexuel ; la souffrance de Bold, la figure centrale de l’histoire. La souffrance de celui-ci a commencé depuis sept ans dès le décès de ses parents. Car, a tour de rôle il sera placé chez sa tante Yèmi qui le traite comme un chien, avant que sa tante Sica ne prenne le relai. Et, ce n”est pas tout ! Il vivra durement dans les rues, mendiant sa survie dans les marchés,  fouillant dans les poubelles pour se nourrir, avec son équipe de miséreux.

– L’amour

L’autre thème encore visible dans ce roman,  c’est l’amour. D’abord l’amour entre Emma et Prudence, après l’amour filiale entre Mélissa et Emma, sa fille adoptive puis enfin l’amour entre Emma, la dame en Toyota, et Bold, le misérable. L’auteur nous présente l’amour sous différente forme : l’amour entre les hommes et l’amour  de l’art. Car, ce que Emma Aima en premier chez Bold, c’est son talent de portraitiste et musicien, avant que de l’amour de l’art ne naisse l’amour charnelle.

+ Les personnages

Rachidi : c’est le héros de l’histoire.  Il a perdu ses parents à l’âge de sept et à connu la misère le long de sa vie d’orphelin. Son talent musical amène ses amis de rue à le surnommer Bold.

Emma(Mère ): Elle est la fille de la tante Yèmi. C’est avec elle que Rachidi retrouvera sa joie de vivre. Mais elle meurt à l’accouchement.

Emma (fille) : c’est la fille née de l’union d’Emma et de Rachidi.  Elle est la fiancé de Prudence,  un jeune infirmier.

Mélissa : c’est l’amie d’enfance de Rachidi.

Robert : Enfant de rue, ami de Bold. Il fut kidnappé un soir.

Jules : Enfant de rue, ami de Bold. Il meurt suite à une morsure de serpent.

Jémi :Enfant de rue., ami de Bold.  Il meurt après un grave accident de circulation.

Tina : Sœur d’Emma (mère ). Elle meurt à cause de la malédiction qui planait sur toute leur lignée,  celle selon laquelle les filles mourront d’une « soif d’utérus » dès qu’elles auraient connu un homme.

Maman Deo : Voisine des parents de Rachidi à Godomey.

Deo : Ami d’enfance de Rachidi.

+ Style 

Le texte libellé dans un registre soutenu avec un rythme poétiquement mélodique.

2 commentaires sur “LE REFRAIN DES ANGES ORPHELINS”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *